Voici le second volet des Carnet Cartographiques, l’appendice des Chroniques du Web qui regroupe quelques-uns des textes dont j’avais le projet depuis parfois longtemps. C’est le cas de celui-ci intitulé Révélations. Il est consacré à quelques-uns des exploits qu’ont réalisés certains jeunes ingénieurs (à l’époque!) en matière d’accompagnement d’enquêtes ou d’analyses issues du data journalisme. Depuis l’affaire « Wikileaks » jusqu’au « Panama Papers », en passant par le « Suiss Leaks » ou l’affaire des marchés publics helvétiques révélée en décembre 2012 que j’évoque dans ce chapitre, l’ingénierie des data que je connais (essentiellement celle des start-ups que je connais bien comme linkfluence ou linkurious) accompagne désormais les journalistes dans l’exploitation de masses de données qui portent sur des affaires d’ententes frauduleuses, de détournements fiscaux, de mécanismes juridiques ou d’informations sensibles liés à des Etats, à des hommes d’Etat ou à des entreprises. Ces sujets qui défraient la chronique régulièrement constituent des vitrines particulièrement efficaces pour communiquer, parallèlement, sur les qualités de méthodes et de technologies numériques développées en France.

revelation2

Ces révélations publiques et frappantes, très ponctuelles, ne sauraient masquer le temps long du développement technologique et, surtout, les chantiers plus discrets ou plus contextualisés où la cartographie d’entités sociales (individus ou groupes) révèle aussi les propriétés collectives des organisations comme dans un miroir. Ce chapitre a été écrit il y a déjà quelques temps et doit être encore corrigé sur certains points de détail, comme tous les autres d’ailleurs quand le moment viendra.

revelation1

 

Bonne lecture!

Advertisements